is toegevoegd aan uw favorieten.

Oeuvres badines, completes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Fidele.

Mattamire & Uranio s'avancèrent pour roemander a 1'équipage quelle route faifoit le vaiffeau. On leur répondit que le navire étoit de Chipre, qu'il avoit débarqué dans ce même endroit un chevalier qui avoit donné ordre qu'on 1'attendït pendant un mois, mais qu'ils avoient été retenus quinze jours de plus par le mauvais temps; & qu'enfin ils alloient mettre k la voile pour retourner dans leur pays. Nous regardames comme un très-grand bonheur cette occafion que le h i{ird nous procuroit pour fortir d'Egypte ; mais Uranio protefta qu'il n'en partiroit point fans favoir de vos nouvelles.

Durillo leur dit, pour les accorder, qu'étant depuis long-temps a votre fervice, il vous étoit trop attaché pour ne pas aller vous trouver dans Ie chateau de Roccador ; qu'il ne leur feroit plus néceffaire, quand il les auroitpanfés encore une fois; & qu'il partiroit le lendemain. II ajouta que s'ils vouloient favoir de vos nouvelles, ils n'avoient qua envoyer un écuyer avec lui qui viendroit leur en rapporter, & qu'il leur conieilloit de s'embarquer en attendant , & d'être toujours prêts a faire voile, en cas d'accident.

On fuivit le confeil de Durillo , nos maitres s'embarquèrent. Ce fidele écuyer leur mit le dernier appareil, & prit avec moi le chemj»