Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ét le Prince Romarin. 359 l'amour difcret & conftant. Grumedan trouva que cette idee n'avoit rien de nouveau; que les oifeaux avoient toujours chanté depuis que Ie monde étoit monde , & que les amans avoient tous entendu les hötes des bois ne parler que de 1'objet de leur amour. II avoit lu quelques opéra nouveaux , pour le malheur de Pimpreneile; tkle peu de goüt ou la préfomption qu'il avoit , il 1'avoit pris dans ces bons ouvrages; il voulut donc faire éclore quelque chofe qui füt abfolument neuf; car le nouveau dans le genre des amufemens a des charmes inconcevables; tel qu'il foit, quand on peut dire, cela n'a pas encore paru , tout eft dit , & la chofe doit être admirable. II imagina fort agréablement de former un concert qui n'eüt jamais été ëntendu, & qui lui fit a lui un plaifir infini. Ce fut la réunion de dix mille grenouilles que fon grand pouvoir raffembla. II leur infpira le peu qu'il imaginoit de 1'harmonie , & ce qu'il croyoit favoir du goüt du chant. Ce bruit af> freux , ce croaffement mille fois répété , lui caufèrent un contentement que je ne puis décrire. II ne pouvoit cacher la fatisfaétion qu'il éprouvoit; & tantót fur le choix des concertans, tantöt fur le tour nouveau des paroles; mais toujours d'un ton importun , il répéta mille fois fon propre éloge. Les paroles , dont il faifoit

Z iv

Sluiten