is toegevoegd aan uw favorieten.

Oeuvres badines, completes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Cadichon; 447

» a la méchanceté de Gangan le prince que voici; » cette perfide fée ne peut plus lui nuire & fa » malice vient d'ètre confondue; reconnoiffez donc » en lui Cadichon; & vous, députés, rendez hom» mage au légitime fuccefleur de vos états ». Alors le roi reconnoiffant fon fils , le prit dans fes bras & le baifa mille fois; puis, fautant au cou de la fée, il 1'embraffa fans aucun égard pour fon age, ni pour fon caraéfère; il en fit de méme a fa femme, a Caboche, au procureur - fifcal, au receveur, 8c a tout ce qui fe trouva autour cle lui; après quoi, otant fon manteau royal, il le mit fur les épaules de Cadichon , lui donna fon fceptre , 1'affit fur Ie pied du lit, & fe mit a crier de toutes fes forces : Vive le roi; ce qui fut répété fur le champ par les grands, & enfuite par tout le peuple, a qui le roi dit plufieurs fois i Criez donc, vous autres? Cependant la reine, pénétrée de joie 8c de reconnoiffance, étoit tombée aux genoux de la fée , qu'elle embraffoit en pleurant; & Ia fée , après 1'avoir relevée, fit figne qu'elle vouloit parler; chacun prêta filence, excepté le roi , dont la joie étoit fi grande qu'il ne voyoit, pour ainfi dire, ni n'entendoit rien; enfin, fe trouvant hors d'haleine, il fe tut, & Ia fée continua ainfi : « Ce que vous voyez n'eft qu'une » partie des bienfaits de la fée des Champs, votre » amie ; elle y joint encore le choix d'une prin» ceffe jeune & aimable que notre reine a deftinée