is toegevoegd aan uw favorieten.

Causes célèbres et intéressantes, avec les jugemens qui les ont décidées.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de la Cadière. 443 tomme il vent. Vos confeils nont pas peu contrïbué ègalement, d me conduire d eet état 3 comme vous fcave-{. Au refle 3 quant d eet article 3 je vous pardonne de bon cceur3 puifqu'il efi fans re méde; mais fi je deviens gourmande, penfez que je ne vous pardonnerai jamais, puifqu'il y aura de votre faute. // m'eft impoffible d'obferver davantage Ie maigre 3 comme vous le fouhaiterie^ ; je vous en ai dit les raifons : ainfi penfer-y férieufement 3 afin que tout foit conforme d la volonté & d la gloire de Dieu. Pour ce qui regarde vos lettres, je fcais fort bien que je fuis en arrière ; mais dans 1'état continuel de fouffrance du je me trouve 3 j'y vals de bonne foi 3 & je ne compte point après vous ; faites-en de même de yotre cóté3 & contente^-vous de ma bonne volonté. Celui qui pourra écrire davantage en aura plus de mérite. J'efpère que vous me rendre^ cette jufiice 3 auffi-bien que celle de croire que je vous fuis très-indmement unie dans le facré cceur de Jéfus3 mon cher père 3 votre trèshumble & très-obeiffjnte fille. M.arieCatherine Cadière.

Deux obfervations doivent précédec i'explication de cette lettre, relativeHienr a 1'autre.