is toegevoegd aan uw favorieten.

Causes célèbres et intéressantes, avec les jugemens qui les ont décidées.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

444 Affaire fieur Tardif avoit toujeurs, jufqu'alors; tcmoigne beaucoup d'idifférence pour ces peres. II n'étoit pas meme abfolument ben prévenu en leur faveur. Les bruits defayorables que ion répaudoir iur leur morale , les menées fecrettes cont on les accufoit, pour faire perfécuter ceux qui avoient, fur la pureté evangelique, daurres opinionsque celles qui étoient enfeignées dans les livres reeonnus & adoptés par la fociété : les ruies qu'on leur attribuoit pour fe procurer les dépouilles des families ; tout cela les lui faifoit regarder comme des gens qu'i! valoit mieux fuir oue frequenter. 1

Ces difpofitions n'effrayèrenr point le pete-£>e?w. Ij avoit entendu Daiier

avec eloge , du cabinet de curiofites du iieur Tardlf. II fouhaita de le v0ir & concut le deifein , fi la chofe en valoit la peine, d'en faire faire une aamóne a Ja compagnie de Jéfus.

II prir le fitur Tardif^ f0n foible ; ie flatra fur la réputation de fon cabinet, le donna pour un curie»* & tm conflo.ifeur en état d'apprécier ie -gefit qui avoit prefidé -X la colledion qu% defitoir cxammer. Ü en obtinc la permiffioo , & ne