is toegevoegd aan uw favorieten.

Causes célèbres et intéressantes, avec les jugemens qui les ont décidées.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

448 Femme ne craignït pas d'abandonner la défenïe de 1'honneur nupcial a une époufe qui avoit donné des preuves aufli éclatantes de fon auftère chafteté. C'étoit , a fes yeux, une vraie Lucrèce -y mais il efpéroit bien que , moins timide que cette célèbre victime de la chafteté , fi elle éprouvoit une nouvelle attaque , elle en fortiroit triomphante.

Dans cette confiance , il ne craint pas de profiter du relache que les fêtes de la Pentecóte de 1718 donnoient £ fes ttavaux. II part, le lundi, pour fe tranfporter jufqu'a cinq iieues de fon domicile. II va coucher a Plancy \ le mardi, il entend la meffe a 1'abbaye , fous Plancy , & dine a Mery y a trois Iieues de Paris.

Notre amoureux crut que cette abfence feroit favorable a fes defirs. Le mardi de la Pentecóte , qui étoit le 18 mai , vers les neuf heures du foir, il feut que fa belle étoit dans fon jardin occupée de quelques foins domef» tiques. Il crut que le lieu & 1'occafion étoient favorables. II avoit tléja éprouvé que la galanterie & les fleurettes ne touchoiem point Ie coeur de fa maitreiïe. Cet erudit garde-chaffe fe rappella que,. G Tarquin avoit autrefoi*