Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

09)

rible, ils font demeurés long-tems enfevelis dans un flupide abattement. Enfin ils ont levé les yeux en trerablant vers leurs concitoyens; leur foible voix n'a ofé fe faire entendre ; mais un regard on la crainte fe peignoit avec la douleur , a imploré pour eux la proteclion de ceux qui les environnoient mais Ie terrible préjugé leur a défendu d'écouter la pitié; tous ont détourné les yeux , & les ont voué pour jamais a 1'abandon, a la mifere , a 1'in-

famie Que faites-vous, citoyens infenfés ?

Comment ofez - vous ravir a ces infortunés l'honneur & 1'efpérance j fi vous ne pouvez leur arracher en même tems ce courage & cette ardente fenfibilité que leur donna la nature r Que feront-ils déformais de ces ames fieres & aftives dont ils portent tout le poids ? Vous ne voulez plus qu'ils les exercent pour la gloire , pour la vertu , pour la Patrie ; a quoi les emploieront-ils donc? Au crime & a la vengeance. Tous les biens qui peuvent flatter le coeur de 1'homme & occuper fon aftivité, fe font tout-a-coup éclipfés pour eux; 1'amitié , 1'amour, la bienfaifance, toutes ces affections douces qui confolent & qui élevent 1'ame leur font déformais interdites; s'ils jettent les yeux autour d'eux, ils ne voient plus que des oppreffeurs ; s'ils rentrent au - dedans d'eux-

Sluiten