Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

-,„ -■ ■• , C §5 ) . , ...

^1 VI ri; pere...,

Approche ici.

Maurice Pere."

t**felxO Venez»ma belle enfant*

f u ne m'as pas trompé. Son air %e & timide pès le premier abord,en fa faveur décide ?a, donnez vous la main.

Sansi nous faire prier, couronnons leur ardeur- ^ Expédions au plütót. Allóns vite au nouire Tenez, je n'aime^as onreine en langueur

Mais vous .ne voyez pas...,

MAURICE P E RE, h demi VBix.

je fuis trompé; vous Péfes"comme^ofje ^ Ma,s après tout que pouvons, nous y ?aiVc » , Si nous voulons débrouiller le mvftere 11 faudra convenir que nous fommes decii's' Et ce fera pour eux un triomphe de plus Le part!Me plus lage a prendre en cette affaire

.I'hidias. au DirtSleur. Qu'en dites-vpus ?

L e Directeur.

M• A u R , c E peETeil ^ Parfait*

L'argent yous tient peut-être; il ne ra'importe suere' Je vous 1'ai dejii dit. ie guere,

(S'appercevant que Pbidias goüt, la propofition.) p' T r, T . „ Allons., allons, c'eft fair»

l. " r" UH infl"nt de reflexion. ±xoutez-moi - mon cher beau, frere, . (après un inftant de ftlence.)

éi* • ous allez voir mon cabinet. IMaunce g> Nison titnoignent leur wie.. Le fond d;4 Tbedtr, s'ouvre & lam voir k ctb}m jg V°t Ja% FIN.

Sluiten