is toegevoegd aan uw favorieten.

Suppléments a l'Histoire philosophique et politique des établissements & du commerce des Européens dans les deux Indes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

A L'HIST. PHILOSOPHIQUE. 105 |l yeroic encore plus de commodités & de füreté Ij a Trinquemale ; mais eet excellent & vafte port eft placé dans un terrein trop ingrat, eft trop éloigné de toutes les denrées vénales, | pour qu'on en puifle faire raifonnablement un entrepot. La deftination des ports de Jaffanaj patnam, de Manar & de Calpantin, eft d'en> j pêcher toute liaifon d'affaires avec les peuples I du continent voifin.

Ces précautions ont mis dans les mains de la j compagnie toutes les produétions de l'ifle. Celles qui entrent dans le commerce, font:

i°. Diver/ès pierres précieufes, la plupart d'une qualité très-inférieure. Ce font les Chou* liats de la cöte de Coromandel qui les achetent, Jes taillent, & les répandent dans les différentes contrées de 1'Inde.

2°. Le poivre, que la compagnie achete 8 1 fois 9 deniers la livre; le café, qu'elle ne paye que 4 fois 4 deniers, & le cardamome, qui n'a point de prix fixe.

Les naturels du pays font trop indolents, &c. Page 249, après ces mots, & les maux de la guerre, lifez : 5°. L'areque que la compagnie achete a raifon de ji liv, 1'ammonan , forte de mefure qui eft cenfée contenir vingt mille areques. Elle le vend 36 ou 40 liv. fur les iieux même. L'areque eft un fruit aflèz commun dans ■ ja plupart des contrées de 1'Afie, & fur tout k

G 5