Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 2« ) .

pour le confeil d'étaf, & voudroient y pörtef leurs idees, qu'ils croient nécefTairement les meilleures. C'eft une paffion innée cheZ certains hommes, que celle du commandement. Je connois vingt fous qui fe font rois régulièrement deux heures par jour : ils fe fuppofent au confeil d'état, & la ils règlent ou ils réforment tout. C'eft que les idéés d'ordre , de police , d'adminiftration , de bienfaifance , font communes a tous les hommes; mais il n'y a que le génie qui fache fe placer au fommet de la pyramide, & de la en defcendre, pour en mefurer toutes les parties. Ce génie eft exceffivement rare; dc plus on a d'efprit, plus on eft éloigné fouvent de ce coup-d'ceil calme, qui n'eft que le fynonyme de fuprcme bon fens.

Un homme fe plaignoit a M. de Louvois de lui avoir envoyé quarante-cinq projets différens fur Padminiftration, fans en avoir recu de réponfe. Le commis qui ouvrit les lettres, les trouva impertinentes; & comme tout commis fe met a la place du mimftre qu'il fert, il follicitoit M. de Louvois a h

Sluiten