Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

X 5

«les allans & des venans eft ételnte ; on ne parle'qu'en pantomime, & le fuiffe accompagne füencieufement les vifiteurs condoléans; il précède le médeein, entr'ouvre la porte favonnée, & dit au maïtre : le voila.

Ces fuiffes de porte, de retour chez eux, parient de leurs maïtres comme de leurs égaux , qu'ils ont fervi par pure complaifance ; ils ne reconnoïtront pas M. le duc, ni monfeigneur le prince; hautains dans leurs foyers, ils confirment cet ancien proverbe : Ne fers point celui qui a fervi.

Les filles des portiers-fuiifes font fortune. Elles font a la porte des temples de Plutus, n'en quittent point le parvis; & Ie pontife qui les lorgne, les admet un beau jour dans le fanétuaire. D'ailleurs, elles en connoiifent d'avance tous les fentiers, ainfi que celles qui y furent admifes.

Ces portiers a bandoulière ont leurs frères, leurs oncles, leurs coufins, qu'on appeile, dans telle partie de la Suiffe , M. le confeïller- d'état, M. le colonel, M. le juflicier, M, le chancelier, • car on eft la

Sluiten