Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

J. J.. R. O U S S E A ü. 503

Vous voila, Madame, è mon avis-, dans une circonflance favorable dont vous pouvez tirer grand parti» L'enfant commence h s'impatienter dans fa penfion , il defire ardemment, de revenir-, mais fa fierté qui ne lui permet jamais de s'abaiffer aux prieres,. 1'empêcbe de vous manifefter pleinement fon- defir. Suivez. cette indication pour prendre fur lui un afcen» dant, dont il ne lui foit pas aifé dans la fuited'éluder 1'efFet.. S'il n'y avoit, pas- un peu de.cruauté d'augmenter fes alarmes , je voudrois; qu'on commencit par lui faire la peur toute en-tiere, & que fans que perfonne lui dit précifément qu'il reftera , ni qu'il reviendra., il vit quelque efpece de préparatifs comme pour lui faire quitter tout-a-fait Ia maifon paternelle, &. qu'on éviiat de s-expliquer avec lui fur ces préparatifs. Quand. vous 1'en verriez le plus inquiet, vous prendriez alors votre moment pour, Mii parler,. & cela d'un air tl férieus &. fi fermequ'il fut bien perfuadé que c'eft tout.de bon.

,, M01,fils, il m'en coüte tant de vous tenirr éloigné de moi que, .fi je n'écoutois que mon penchant, je vous retiendroisici dès ce moment; mais c'eft ma trop grande tendrelTe pour vous; qui. m'erapêcha.; de m'y livrer. T.andis que' vous avez. été ici , j'ai vu avec la plus vive, douleur., qu'au lieu de répondre è 1'attachement; de votre mere. & de. lui rendre en toute chofe la* wmgl'aÜEnce qu'elle aimoit avoir pour vous »,

Sluiten