Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

3 4* II. D I A L O O U E.

tres par des paffions auxquelles ils n'ont déja que trop depente, fait tout concourir contre un innocent qu'on a pris foin de charger de crimes, en lui ótant tout moyen de s'en laver. Dans Tautre explication, il faut que de toutes les générations la plus haineufe fe transforme tout d'un coup toute entiere & fans aucune exception, en autant d'anges céleftes en faveur du dernier des fcélérats , qu'on s'obftine a protéger & è laiffer libre,malgré les attentats & les crimes qu'il continue de commettre tout i fon aife, fans que perfonne au monde ofe, tant on craint de lui déplaire, fonger a 1'en empêcher, ni même a Jes lui reprocher. Laquelle de ces deux fuppoficions vous paroit la plus raifonnable & Ia plus admiffible?

Au refle, cette objeélion tirée du concours unanime de tout le monde a 1'exécution d'un complot abominable, a peut-être plus d'apparence que de réalité. Premiérement, 1'art des moteurs de toute Ia trame a été de ne la pas dévoüer ég'alement a tous les yeux. Ils en ont gardé Ie prircipal fecret entre un petit nombre de conjuiés; ifa n'ont laiiTé voir au refle des hommes que ce qu'il falloit pour les y faire concourir. Chacun n'a vu 1'objet que par le có;é qui pouvoit 1'émouvoir, & n'a été initié dans le complot qu'autant que l'exigeoit la partie de 1'exécution qui lui étoit confiée. II n'y a peutêtre pas dix perfonnes qui fachent è quoi tient Ie fond de la trame, & de ces dix, il n'y en a peutêtre pas trois qui connoiffent affez leur viftime ,

Sluiten