Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 27 )

*» n a retenu beaucoup plus de verités que ?, les athées & les déiftes anciens ou modernes; „ mais il ne les a retenues que pour les affoi„ blir, & les défigurer. II terrafle le matéria„ lifme; le déifme retouché de fa main n'en a pas plus de confiftance. „ Sa morale eft moins dépravde que celle des „ autres incrddules; il la colore quelquefois du »» vernis de 1'auftere vertu ; mais ceftoïcifmé „ aboutit enfin au reMchement 1c plus fcandalcux.

„ II témoigne une profonde vdndrarion pour „ la perfonne de Jéfus-Chrift... Nous pouvons „ & nous devons croire que cette vénératiou „ n'dtoit pas feinte ; il rié ddguifoit pas fèé 9, fe'ntimens"....

6 Septembre 1781. En 176a le Sieur Morcau, Hiftoriographe de France, fut nommé Commisfaire du Roi pour trniter avec M. de Sainte Palaye de toute la partie hiftorique de fa Bibliotbeque & de tous fes manufcrits fans exception. Le tout fut tranfpórté, non a la Bibliotheque' du Roi, comme 1'a avancd M. de Cliamfort dans fon difcours de receptton a fAcadémie mais dans le Cabinet d'hiftoire & de monumcus' mftitud par ledit Sr. Moreau & confié a fes foins;' centrc & fiége des travaux attachés a fon titre.

Lé Roi, pour cette acquifition, avoit affuré a M. de Sainte Palaye & J fon frere une rente viagere de 4000 livres.

Au nombre des manufcrits de M. de Sainte Palaye,remis après fa mort au Sr. Morcau, avec B s.

Sluiten