is toegevoegd aan uw favorieten.

Mémoires secrets pour servir a l'histoire de la république des lettres en France.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C to3 )

porte plus le nom, & transféré a fa belle-merc, lans autre arrangement pour Panden propriétaire qui rede ainfi a la merci de cette maratre , a laquelle il. a été feulement recommandé de'lui dohrier les fecours pécuniaires que fa bienfaifance & le débit proportionné de cet ouvrao-e périodique pourront lui permettre.

C'ed par un. Arrêt du Confeil qu'ed opéré cet arrangement. On motive la tranflation du privilége fur Pabus; que le Journalide en faifoit: on qualifie fes feuilles de fatyriques, calommeufes contre les citoyens, même contre des perfonnes etranger.es a la littérature ; &, ce qu'il y a de plus facheux , c'ed que l'arrêt ed rendu du prcpre mouvement du Roi, tournure dont on fe fort quand on veut couper court a toute oppofition, a toute réclamation. juridique. Cet arrêt a été figuifié au, Sieur Fréron par un Huiflier du Confeil.

II eft enjoint en outre a la Dame Freron de nepoint fe fervir, pour collaborateurs de fon nis* des Sieurs t'alaun & Clement, hommes de lettres qui compofoient la plupart des extraits des feudles précédente's; on veut encore qu'il y ait en général défenfes a tous les Journaux qui fe débitent en France de rien recevoir provenant de leur plume trop mordante.

On ne peut concevoir que le mot de Fintriloque ait provoqué une punition auffi cruelle; on ne doute pa's que le parti philofophique n'aif beaucoup influé dans cette vengeance & n'ait