is toegevoegd aan uw favorieten.

Mémoires secrets pour servir a l'histoire de la république des lettres en France.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C HO )

25 Oïtobre 1781. Exttut d'une lettre de Hcsdin du 11 Oftobre. U y a trois ou quatre ffioig qii un mcendie confidérable confoka une partie dun bourg appelé Fruges, enArtois, a quatre heues dia; le Vicaire du lieu, homme trészélé, fe chargea de quêter dans les environs pour fes malheurcux Paroiffiens; il trouva a St Uracr les lecours les plus géuéreux chez MM. du Regiment de Béarh. On rectit Dimancbe dernier, a Fruges , 1'ordre de loger ce Régiment a fon padage; auffi-tót ce Padeur 1'annonce &, de concert avec les gens de loi du lieu ' on arrêta de lui témoigner Ja reconnoiffance due' a fes bienfaits; en eflèt, hier h fon arrivée on arbora un drapeau bianc au clocher ■; les feux les acclamations ne cederent point; cliaque ha* bitant, fuivant fesmoyens, regala fes hótes de ion mieux, & les gens de loi avec les principaux habitans, réfolurent d'olJfir a diner a MM. les Officiers, qui, ainfi que tout le Régiment ' qunterent cet endroit, pénétrés des témoignages de reconnoidanccs que leur prodiguercnt ces bonnes gens.

26 Oclobre. Extrait d'une lettre de Rouen Ie 24 Oétobre.... Notre Parlement continue k veiller a ce qu'il n'y ait plus de cimederes dans cette capitale & a ies faire remplacer par cinq hors de la ville. C'ed lui-méme qui entte dans. tous les détails néceffiures. II taxe cliaque Paroiffe, tantpour frais d'acquifition, que frais de Clóture, fuivaflt le nombre des morts qui