Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 353 )

ffour conffant que M. de Voltaire elt toujours k fon Chateau de Ferney, & que 1'arrivée de Madame Denis dans ce Pays-ci n'eft qu'une fuite d'une difcuffion qu'il y a eu la-bas entre 1'oncle & la niece.

A la page 379. Le 24 Mars 1768» tin'particulier a dépofé, il y a quelques mois, fuivant ce que nous avons annoncé, un prix pour lc meilleur motet furie Pfcaume fuperflumina Babylonis. Les pieces devoient être remifes aux Directeurs du Concert fpirituel, & le concours devoit s'ouvrir dans la quinzaine de Paques. 11 commencera demain. Vingt-deux motets ont concouru. Les trois juges, M. d'Auverghe , Surintendant de la mufique du Roi, & MM. Blancbard&Gauzargues, Maltres de mufique de la chapelle du Roi, après avoir examiné avec lbin les partitions, ont trouvé trois de ces motets dignes d'étre exécutés au concert fpirituel, & d'étre comparés entr'eux. Chacun doit être exécuté deux fois.

A la page 379. Le 25 Mars 1768. M. Böycr, Chevalier de 1'ordre du Roi & Médecin ordinaire de la faculté de Paris, fe meurt pour avoir voulu faire le jeune homme. A 68 ans il eft devenu éperdument amcureux de Madame la Comteffe d'Eft****. Les affaires de cette Dame étoient fort délabrées, & le Sieur Boyer lui paroiffant dans 1'opulence, elle n'a pas cru devoir le rebuter; elle s'eft même portée a des agaceries qui toi ont fait foutirer en différéns tems cinquante

Sluiten