is toegevoegd aan je favorieten.

Mémoires secrets pour servir a l'histoire de la republique des lettres en France.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

[ -03 ]

les Pariemens qui ont eu la foibleffe de 1'adV mettre, n'ont jamais voulu ni pu lui donner le lens abfolu dont 1'expliquent ces adulateurs du tröne; il comprend dans cette réfutation les inductions non moins pitoyables qu'on tire de la formule ancique des édits, Louis par la grace de Dieu &c. 11 prouve enfin qu'il n'eft pas moins faux que le Roi ne tienne fa couronrie que de fin épée, & il en conclut que ne Ia tenant que du confentement de la nation, il doit néceffairement être foumis a la loi comme les fujets, & que, pour l'y ramener, tout moyen eft permis, excepté celui de la révolte & de la fédition.

A la Page 342. Le 5 Aoüt 1771. Les Entrepreneurs du colyfée, pour attirer du monde, ont donné hier a leurs fpeétacles outre la joute, une très-petite pantomime, exécutée fur des airs connus. Ils ont été obligés de fubftituer ce divertiffement a celui de 1'Üye mife a more, qui a révolté le public.

A la Page 342. Le 6 Aoüt i^i. La lettre d'un homme d un homme &c. dont on a parlé. n'étoit qu'un morceau détaché d'un plus grand ouvrage; & doit être placée comme la neuvieme d'une colleétion qui précede, au nombre de huit. L'importance des vérités qu'on y traite eft telle qu'on s'intérefle encore a cet écrit qui les reproduit, après tant d'autres, mais d'une facon plus aifée, plus-agréable & plus a la portée de toutes fortes de leéteurs. L'auteur a le ftyle lelie d'un homme du monde qui pofled'' ' L £4 ]