Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Jljme. F R e M E N A D B. 33

penchant Ie plus durable. Je quittai le monde & fes pompes , je renoncai * tóutes parures, plus d'épée, plus de montre, plus de bas blancs, dedorure, de coiffure, une perruque toute fimple,. un bon gros habit de drap, & mieux que tout cela, je déracinai de mon cceur les cupidités & les couvoitifes qui donnent du prix a tout ce que je quittois. Je renoncai è la place que j'occupois alors, pour laquelle je a'étois nullement propre,. & je me mis a copier de la mnfique a tam la page, oceupaiion pour laquelle j'avois eu toujoursun goüt décidé.

Je ne bornai pas ma réforme aux chofes exté-rieures. Je fentis que celle-la-même en exigeoit une autre plus pénible fans doute, mais plus nécesfaire dans les opinions; & réfolu de n'en pas faire a deux fois, j'entrepris de foumettre mon intérieur a un examen févere,quile réglat pour le refte de ma vie tel que je voulois le trouver k ma morr..

Une grande révolution qui venoit de fe faireen moi, un autre monde moral qui fe dévoiloit a mes regards, les infenfés jugemens des hommes dont fans prévoir encore combien j'en ferois la viétime , je commencois è fentir 1'abfurdité; le befoin toujours croillant d'un autre bien que la gloriole littéraire, dont a peine ia vapeur m'avoit atteint que j'en étois déja dégoü:é , le defir enfm. de tracer pour le refte de ma crrierj une route moins incertaine que celle dans ltque le j'en venoisée paffér l.a plus belle moitié ; tout m'obligeoit a, B 5

Sluiten