is toegevoegd aan uw favorieten.

Supplement aux Œuvres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

LA POLYSrNO'BIE. 447

x la vérité, que fa nouvelle forme ótat rien a 1'autorité royale : car il donne aux Confeils la délibération des matieres & laifie au Roi feul la décifionr ces différens Confeils, dit-il, fans empêcher le Roi de faire tout ce qu'il voudra, le préferveront fouvent de vouloir des chofes nuifibles a fa gloire & a fon bonheur; ils porteront devant lui le flambeau de la vérité pour lui raontrer le meilleur chemin & le garantir des pieges* Mais cet homme éclairé pouvoit - il fe payer luimême de fi. mauvaifes raifons ? efpéroit-il que les yeux des Rois puffent voir les objets a travers les lunettes des fages ? Ne fentoit - il pas qu'il falloit nécefiairement que la délibération des Confeils devint bientót un vain formulaire ou que 1'autorité royale en fut altérée, & n'avouoit-il pas lui-mèrne que c'étoit introduire un Gouvernement mixte, oü' la forme Républicaine s'allioit a la Monarchique'? En effet, des Corps nombreux dont le choix ne dépendroit pas entiérement du Prince , & qui n'auroient par eux-mêmes aucun pouvoir, deviendroient bientót un fardeau' inutile a l'Etat; fans mieux faire aller les affaires, ils ne feroient qu'en retarder 1'expédition par de longues formalités, &, pour me fervir de fes propres termes, ne feroient que des Confeils de parade. Les favoris du Prince , qui le font rarement du public, éi qui, par conféquent , auroient peu d'influence dans des Confeils formés au fcrutin , décideroient feuls toutes les affaires ,- le Prince n'aflifteroit jamais aux Confeils fans avoir déja pris fon parti fur tout