is toegevoegd aan uw favorieten.

Supplement aux Œuvres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

$ h r la musique m09erke, 245

D'un autre có:é , la méthode de pofition fervira pout les partitions & les grandes pieces de mufique, pour la mufique inftrumemale , & furtout pour commencer les écoliers, paree que la mécanique en eft encore plus fenfible que de 1'autre maniere, & qu'en partant de celle.ci déja connue, 1'autre fe concoit du premier inftaut. Les compofiteurs s'en ferviront aufli par préférence 4 caufe de la diflinétion oculaire des différentes oélaves. Ils fentiront en la pratiquant toute l'étendue de fes avantages, que j'ofe dire tels pour 1'évidence de 1'hsrmonie, que, quand ma méthode n'auroit nul cours dans la pratique, il n'eft point de coinpofiteur qui ne düt 1'employer pour fon ufage particulier & pour i'mftruftion de fes éleves.

Voila ce que j'avois a dire fur la première partie de mon fyftêrne, qui regarde Fexpreffion des fons ; pafibns » ia feconde , qui traite de leurs durées.

L'arti-cle dont-je viens de parler n'eft pas, ï beaucoup prés, aufli difficile que celui-ei, du moins dans la pratique qui n'admet qu'un certain nombre de fons, dont les rapports font fixés & a peu prés les mêmes dans tous les tons; au lieu que les différences qu'on peut introduire dans leurs durées, peuvent varier prefque a finfmi.

Il y a beaucoup d'apparence que 1'établiffement de la quantité dans la mufique a d'abord été reratif a celle du langage , c'eft-a-dire, qu'ön faifoit palier plus vite ies fons par lefquelt on exprimok L 5