Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

L i v r e VII. 2S

inanquoit que d'être un peu moins nombreufes pour être d'élite dans tous les genres. Elle aimoit a voir tois les gens qui jettoient de 1'éclat: les grands, Jes gens de lettres, les belles femmes. On ne voyoit chez elle que ducs, ambafladeurs, cordons - bleus. Mde. la princeffe de Roban, Mde. la comtefle*de Forcalquier , Mde. de Mirepoix, Mde. de Brignolé, milady Hervey pouvoient pafier pour fes amies. M. de Fontenelle , 1'abbé de St. Pierre, 1'abbé Saliier, M. deFourmont, M. de Bernis, M.de BufFon, M. de Voltaire, étoient de fon cercle & de fes diners. Si fon main ien réfervé n'attiroit pas beau. coup les jeunes geis, fa fociété d'autant mieux compofée n'en étoit que plus impofante, & le pauvre J. J. n'avoit pas de quoi fe flatter de briller beaucoup au milieu de tout cela. Je n'ofai donc parler, mais ne poucant plus me taire j'ofai écrire. Elle garda deux jours ma lettre fans m'en parler. Le troifième jour elle me la rendit, m'adreffant verbalement quelques mots d'exhortation d'un ton froid qni me glaca. Je voulus parler, la parole expira fur mes lèvres: ma fubite paffion s'éteignit avec l'efpérance, & après une déclaration dans les formes, je continuai de vivre avec elle comme auparavant, fans plus lui parler de rien, même des yeux.

Je crus ma fottife oubliée; je me trompai. M. de F !» fiIs de M. D...u &' beau-fils de Madame , étoit è peu prés de fon age & du mien' Snppl, Tem. Vil. R

Sluiten