is toegevoegd aan je favorieten.

Supplement aux Œuvres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Jfc Les CoNFESstbNS.

te-B la repréfentation; mais tandis que j'achevoi*

£ la mettre en état, une autre entreprife fufpen-

a;i- ïvyécution de celle-la.

^L'hTvï , qul fuivit la bataille de Fontenoi,

« y e t beLcoup de fêtes a Verfailles entrjautre,

Ifieurs opéra au tbéatre des petites ecune De

tombre'futle dramede Voltaire, intuué: Princeffe de Na.arre, dont Rameau avoit fait la mufi ue, & qui venoit d'étre cbangé & réformé r , m des fêtes de Ramire. Ce nouveau fujet

SanS^^-^Te' de Ta; ien! tant dans les vers que da«s La mufique.

11 s'agiffoit de trouver quelqu'un qui püt remplir ce ouble obje:. Voltaire, alors en Lorraine & Rameau, tous deux occupés pour 1 opera du Tem Ïe de la gloire, ne pouvant donner des te

, '1 M de Richeüeu penfa a moi, me rit DtVfe 'df m'en charger, & pour que je puife Sner mieux ce qu'il y avoit i faire, ,1 m'envovr ïéparément le poême & la mufique. Avant

P ,We ie ne voulus toucher aux paro'.es ^e l' v^ del'auteur, & je lui écrivis a ce

VousréuniiTez, Monfieur, deux talens qui ónt toujours été féparés jufqu'a prétent Vo..a " Zii d ux bonnes raifons pour moi de vous " eft mer , cc de chercher a vous aime, Je fuis "fthép ur vous que vous cmployiez ces deux