is toegevoegd aan uw favorieten.

Mémoires secrets sur les règnes de Louis XIV et de Louis XV.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Iï8 RÉGENCE.

mulerai pas; mais on Pa regretté, Sc fes fucceffeurs ont juftifié les regrets.

Le modefte Fleury fit , ou laiffa mettre fon refus dans les gazettes & les journaux, Sc chacun en fit le commentaire, fuivant fes idees ou fes intéréts.

Fleury perdit alors une belle occafion de témoigner fa reconnoiffance a une familie k laquelle il avoit les plus grandes obligations. L'abbé de Cafiries, archevêque d'Albi, defiroit fort le fiège de Rheims, quoique d'un moindre revenu. L'approche du facre du roi donnoit un grand reliëf a ce fiège. Le régent, Payant offert a Fleury, voulut qu'il influat dans cette nomination r Fleury devoit fa première exiftence au cardinal de Bonfi „ oncle de l'archevêque d'Albi , il avoit recu des fervices effentiels de tous les Caftries. II avoit été. long-tems 1'ami, difons mieux, le protégé de la maifon; mais il avoit en oppofition un intérêt préfent, qui fut toujours. la règle de fa conduite.

II penfoit déja au chapeau de cardinal , maladie inévitable a tout eccléfiaftique en faveur. Le cardinal de Rohan étoit dans ce moment le miniftre de France k Rome; fa maifon étoit puiffante, l'archevêque d'Albi étoit amï déclaré du cardinal de Noailles, la conftitution eommencoit a prendre le deffus dans le clergé , Sc Fleury comptoit bien s'en fervir utilement : ainfi, il fit préférer l'abbé de Rohan-Guémené pour 1'archevêché de Rheims.

Le régent donna en même-tems I'évêché de Laon a l'abbé de Saint-Albin, batard non reconnu qu'il avoit eu de la Florence, élève des jéfuites,