Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

RÉGENCE. icji

cela n'eft-il pas vrai ? Monfeigneur, dit Venier fans s'emouvoir, prenez un feul commis de plus, chargé de jurer pour vous , vous aurez du tems de refte, & tout ira bien. Le cardinal fe calma &C finit par rire.

Le régent fut charmé de la mort de fon miniftre. Le jour de 1'opération, 1'air extrêmement chaud tourna k 1'orage; aux premiers coups de tonnerre , le prince ne put s'empêcher de dire • j'efpère que ce tems-la fera partir mon dröle. II n'ayoit pas en effet plus d'égards pour fon ancien maitre que pour tout autre ; le régent ofoit a peine lui faire une recommandation. Ce prince s'étoit réfervé la feuille des bénéfïces & des «races pour fon travail avec le roi; mais il s'étoit laiffe affujettir a communiquer auparavant la lifte au cardinal , qui rayoit infolemment les noms de ceux qui ne lui convenoient pas. Jamais fervitude ne fut plus honteufe que celle oü ce prince s'étoit mis, qu'il fentoit douloureufement, qu'il avoit honte d'avouer , & dont il n'avoit pas la force de s'affranchir.

Auffi-töt que le cardinal eüt expiré, le régent vint de Verfailles k Meudon 1'annoncer au rei qui, déja préparé par l'évêque de Fréjus, pria le prince de fe charger du gouvernement, & le lendemain le déclara publiquement premier miniftre.

Comme le roi n'avoit été transféré k Meudon que pour la commodité du cardinal, il retourna deux jours après habiter Verfailles.

Le duc d'Orléans parut d'abord vouloir fe lfvrer au travail ; mais fa pareffe & la diffipation lui nrent bientöt abandonner les affaires aux iecre-

Sluiten