Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 240

tenus au carcon No, G. Ce que 1'Abbé Georgel a avoué avoir fait, & fur les re proehes du Miniftre il lui a répondu avec" fermeté: „ Monfieur, je n'ai remP!i que ,, mon devoir, comme vous en vers le Roi „ lorfque S. M. vous donne des ordres " * Mr. de Jouffroy réprimandé de fon cóté d avoir aifféécrire le Cardinal, a répondu que fes ordres ne lui prefcrivoient pas de 1 en empecher; que d'ailleurs il avoit été fi troublé de rapoftrophe inufitée de Mr le Baroni de Breteuil: Monfieur, de la part du Roi, futvez-moi, qu'il n'en étoit pas encore revenu & ne favoit trop ce qu'il faifoic. En effet, comme cet officier eft dérangé & a des dettes, if a avoué qu'il a craint que 1 ordre ne le regardat perfonncllement.

2 Septembre i78j. Les divers Arrêts du Confeil quon vient de publier, dont 1'obiet eft de donner une nouvelle aclivité aL manufaétures nationales & de faire jouir le royaume de tous les avantages que fon foi fespro^^

doivent lm procurer, ont déja réveillé 1'é" mulation générale. Afin de m eux 1'exciter Mr. le Contróleur général vifite fuccXe'. ment les plus effentielle. de cette capitale.

Ce Miniftre, qui avoit déja été voir les ™ch.ne,acarder&iffler li co ton qu" les Sr. Milmr ont portées au plus haut point

tePZ%?:°l> & Cd,es non ™™ «He.

XXLXT &LkMeS eXéCUCéCS'

Sluiten