is toegevoegd aan uw favorieten.

Voyages imaginaires, songes, visions, et romans cabalistiques. [...] Tome trentième. Deuxième division de la première classe, contenant les voyages imaginaires merveilleux.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

214 La Voituee

j'ai prévu dès-lors que quelque jour vous feriex obligé de courir le pays pour elle: mais contez-moi comment votre malheur eft arrivé.

Aprèe ces mots, Amandor fit un récit exa& de la manière dont il avoit rencontré Félicie , & du jour qu'il avoit pris pour lui déclarer fa flarnme. Oh! oh ! dit alors Pierrot, je ne m'étonne plus de vous voir fi contrifté ; elle a lu les romans comme nous, ik je gagerois que vous avez été regu comme un matin dans un jeu de quilles; vous n'avez plus qu'a graiffer vos bottes> & moi les miennes auffi, car j'aime Perrette, fa fille de chambre. La malieieufe le voitbien; mais elle a toujours été plus fiére avec moi qu'un coq, & j'attendols que nous allafïïons enfemble abattre des pommes,pour lui déclarer ma maladie. Cela vaut fait cependant; & puifqüe vous avez votre congé, je m'en vais chercher le mien: attendez moi la; jebrüle d'avoir le p'aifir de pouvoir pleurer auffi bien que vous. Ah ! Pierrot, Pierrot, qu'as-tu fait ? II faudra quitter nos dindons.

Quand Pierrot eut prononcé ce difcours? Viens, fuis-moi, lui dit Amandor en fe relevant; ta réfolution m'en infpireune que rien n'eft capable d'arrêter • je m'en vais trouver Félicie y ïuijurer encore un amour éternel »& lui dire un dernier adieu. Oh! Monfieur, vous allez trop