Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

34© Voyage de Pa ris

m bourgeoifes? C'étoit la autrefois 1'écueil ou

»Caribde & Scylla prenoient plaifir a faire

échouer lavertu, & atendre des pièges aux » vejiales; c'étoit le rendez-vous de la lafci» veté , de 1'impureté, de la proftitution, & de 331'adultère; tous les vices s'y raflembloient de j» toutes parts ; mais tout eft bien changé au33 jourd'hui; Bréant eft mort, & le Moulin de 33 Japdie, que vous voyez aujourd'hui , n'eft 33 que 1'ombre de celui que j'ai vu de mon 33 temps Qu'appelez-vous Moulin de Javelle ? Monfieur , lui repartis-je : eft-ce que c'eft la ce Moulin de Javelle dont j'ai vu 1'hiftoire a la comédie fran$oife, a Paris ? « Oui, Monfieur, 53 me dit-il, c'eft lemême pour lequel on a voulu, 73 infpirer de 1'horreur aux jeunes gens , en leur 33 repréfentant tous les défordres qui s'y com33 mettoient 33.

Tandis que nous caufions, je n'avois point pris garde que notre corde s'étant pendue aune barque de pêcheur qui étoit au bord du rivage, elle fe lacha; & m'étant appuyé deflus, elle manquade me jeter a la mer, lorfqu elle vint a fe tendre; & elle m'y auroit effeclivement jeté, fije ne me fufle retenu aux hauts-bancs du grand mat. Je tombaipar bonheur, a 'la renverfe fur le pont, & j'en fus quitte pour la peur, & pour mon mon chapeau & ma perruque, quj

Sluiten