Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

D É K E R N O S Y. 24J

avoit parlé d'abord de le tuer; mais outre que eela n'étoit pas aifé , on craignoit que les autres centaures ne vinffent le venger; ainfi on abandonna ce projet.

II paroiffoit tous les jours aux mêmès heures, fe nourriffoit de fruits, & couchoit fur un tapis de gazon au fond du pare.

Quelques perfonnes de la cour , plus courageufes que les autres , hafardèrent de 1'approcher, & fe promenèrent même avec lui , & cette hardieffe fut prife pour un effort trèsfublime d'intrépidité; car depuis que le centaure s'étoit emparé du jardin , perfonne n'y paroiffoit. On 1'approcha donc encore de plus prés; on ofalui offrir du lait & des fruits ; il but & mangea, remerciant de bonne grace ceux qui lui préfentoient ces chofes. Cette familiarité parut charmante ; on accouroit en foule, & la compagnie devint fi nombreufe, que le centaure en étoit quelquefois excédé. On lui parloit» , on lui faifoit beaucoup de queftions; & comme fes réponfes étoient affez ambigucs, on ne manqua pas de dire qu'il avoit de 1'efprit prodigieufement ; ceux qui 1'entendoient moins le louoient davantage • des fots retinrent de fes phrafes, de plus fots encore les écrivirent: de la font venus tant de Uvres qu'on fait femblant d'entendre, & cette

Sluiten