Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de robikson CrUSQÉ. 1$

autre chdfe a faire avec les hommes , qne de recevoir d'euxles chofes qui lui font nécelTaires , & de leur en payer la valeur. Mais dans une vie errante au milieu des déferts , de laquelle toute la dévotion monachale tire fon origine , il falloit fe donner la peine de chercher la nourriture chaque jour; & excepté le cas oü les anachorètes étoient favorifés par la providence de quelque miracle, ils avoient aflez de peine pour fuftenter leur miférable vie : fi nous en croyons leurs hiftoires , plufieurs d'entr'eux font morts de faim, & un plus grand nombre encore, de foif.

Ceux qui avoient recours a cette vie folitaire, uniquement pour mortifier leur chair, & pourfe délivrer de la tentation oü le monde nous expofe, fe fervoient j comme je Fai déja obfervé, d'une rneilleure raifon que ceux qui prenoientpourmotif de leur conduite , un dévouement abfolu a Ia prière & a. la méditation. Les premiers pouvoienc trouver des raifons plaufibles dans leur tempérament. 11 eft certain qu'il y a des conftitutions naturelles qui mènent tout droit au crime , fi les efforts de la raifon ne les en détournent, & qu'il y a peu d'hommes, de quelque heureux naturel qu'ils puiffent être, qui n'aient pas a combattre quelque inclination favorite.

Mais il eft certain aufli que la religion chrétienne ne nous enfeigne nulle part d'exercet des

Sluiten