Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

n8 le Solitaire

" En raifonnant de la forte, il avoit arraché affez de racines pour en planter environ deux Scres de terre , & il retournoit a fa cabane , laiffant derrière lui une bonne quantité de racines , qu'il avoit déterrées pour ces pauvres animaux, qui 1'avoient toujours regardé faire fans en toucher une feule en fa préfence. Dès qu'il fut chez lui, ii choifit un efpace de terrein prés de fa demeure , & fe mit a le labourer du mieux qu'il lui fut poffible , avec fa pelle. Cet ouvrage Foccupa environ vingt jours, au bout defquels, le champ pret & les racines plantées, il implora la bénéditlion divine fur fon travail.

II réfolut alors de vifiter l'ile mieux qu'il n'avoit encore fait: pour cet effet, armé d'un long baton , il s'en alla au lac qui fépare la terre du rocher, & qui environne l'ile de toutes parts, comme un foffé qui fait Pence'mte d'une place, & qui coule le long de fes murailles. U y trouva de toutes parts de nouveaux fujets d'adm'iration. A fa main gauche, étoit un rempart d'une pierre folide, embelli, par la nature, de diverfes figures que Part ne fauroit imiter : quelques • unes repréfentoient une ville, des amas de maifons, & des clochers difperfés ca & la. Dans un autre endroit, on auroit juré qu'il y avoit un efcadron de gens

Sluiten