Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

dès Sévarambes. 497 qu'a lui, elle ne parloit que de lui, Sc rien ne lui plaifoit que lui; & voyant qu'il ne s'empreffoit pas affez pour lui rendre des foins , elle en foupira, elle en gémit, & fi la pudeur ne 1'eüt retenue , elle Paüroit été trouver ellemême, pour lui découvrir fon amour. Tels furent les commencemens de fa paffion, a Utquelle fon nóuvel amant ne répondoit que froidement; ce qui la mettoit au défefpoir, Sc lui fit d'abord croire qu'il aimoit ailleurs , ou qu'il ne 1'eftimoit pas affez. Dans cette penfée, elle fit tous fes efforts pour découvrir fes intrigues: mais, après une exafte recherche , elle reconnut enfin que ce bel homme, qu'elle Sc plufieurs autres filles aimoient éperdument, n'étoit qu'un beau corps fans ame , qui aimoit toutes celles qui lui témoignoient de Pamitié, & qui étoit toujours pour la dernière qui lui parloit.

Balfimé , qui faifoit beaucoup de cas de 1'efprit &qui en avoit infiniment, futextrêmement mortifiée, quand elle connut que fon nouvel amant en avoit fi peu , Sc cette connoiffance contribua beaucoup a modérer 1'ardeur qu'elle avoit pour lui: mais elle ne fut pas capable d'effacer de fon ame toutes les impreffions que fa bonne mine y avoit faites.

Dans eet état, elle fe voioit également parTomc V. Ii

Sluiten