Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

L'lSLE INCONNUE. 345 gucient de leurs rivaux par beaucoup d'avantages, étoient les moins dignes , par leur cara&ère, de mon attachement.

Nous nous promenions un jour avec eux, mon père & moi, dans le jardin. Le Gentil-. homme avoit un chien beau & bien drefféjil voulut nous amufer, en nous montrant le favoir-faire de fon chien , ou plutót il voulut s'en faire un petit mérite. Mélampe obéit fi bien aux commandemens de fon maitre, que notre homme en étoit tout glorieux, & fi glorieux, que,perdant la mefure d'habileté de fon chien, il le mit en défaut. Ayant jeté fon gant par-delfus le mur de clöture, Mélampe ne fut ni franchir lemur, ni faire le tour. Le maïtrehumilié fe facha, infifta, menaca , leva la canne : le chien prit la fuite ; le maitre courut après: avant que je puffe 1'arrêter, le pauvre animal avoit lapatte calfée. Affligée & indignée, je dis en moi-même : 1'homme fot, brutal & féroce qui fe fkhe fi ridiculement contre fon chien & 1'eftropie, ne fera jamais mon époux. II lui étoit facile de le lire dans mesregards-, mais fa fureur, exprimée par des yeux hagards, des narines ouvertes, des lèvres tremblantes, un air égaré , ne lui permettoit ni de voir m. ■ d'entendre.

Le magiftrat recut, une heure après, des

Y iv

Sluiten