Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ioS V O Y A G Ë

on les accable de groffes pierres qu'on leur jette du haut de 1'ile, dont ils ne peuvent fe garantir qu'en fe fauvant dans leurs celliers & dans leurs caves , oü ils paffent le tems a boire frais , tandis que les toits de leurs maifons font mis en pièces. S'ils continuent témérairement dans leur obftination & dans leur révolte, Ie roi a recours alors au dernier remède , qui eft de laiffer tomber 1'ile en plomb fur leurs têtes; ce qui écrafe toutes les maifons & tous les habitans.Le prince néanmoinsfe porte rarement a cette terriblejextrêmité , que les miniftres n'ofent lui confeiller ; vu que ce procédé violent les rendroit odieux au peuple, & leur feroit tort a eux - mêmes, qui ont des biens dans Ie continent. Car 1'ile n'appartient qu'au roi, qui auffi n'a que 1'ile pour tout domaine.

Mais il y a encore une autre raifon plus forte, pour laquelle les rois de ce pays ont été toujours éloignés d'exercer ce dernier chatiment, fi ce n'eft dans une néceffité abfolue. C'eft que fi la ville qu'on veut détruire étoit fituée prés de quelques hautes roches; ( car il y~én a en ce pays , ainfi qu'en Angleterre, auprès des grandes villes qui ont été exprès baties prés de ces roches, pour fe préferver de la colere des rois ) ou fi elle avoit grand nombre de clochers & de pyramides de pierres,

Sluiten