Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

14 VóYAGËS RÉCRÉATIFS Vez avec quel zèle il vous a fervie dans tous Vos embarras. Je ne fais quelle penfée me vient k 1'efprit, mais fi elle a quelque fondement..... Hélas! vous êtes fi jeune ! iltvous faudra bien prendre un parti. Alors la veuve d'un ton modefte tk les yeux baifies comme une veftale : il n'eft pas tems de penfer a ce'a, répondra-t-elle> abandonnons tout a la Providence, elle le fera fi elle juge qu'il convient* Et remarquez que le jour des obféques eft le jour oii les veuves de Pétalage le plus commun vivent le plus délicatement. II n'eft perfonne qui, pour donner des forces k 1'inconfolable, ne 1'engage a prendre un morceau &t k boire un coup. Elle obéit en difant que tout lui femble un poifon; & tout en avalant, quel bien, dit elle, ce'a peut-il faire a une femme défolée, qui a toujours 1'objet de fon chagrin fous les yeux ? Décide k préfent fi toutes tes condoléances font raifonnables.

A peine le vieillard eut-il parlé de la forte* qu'attirés par des grands cris, étourdis par un tumulte affreux que faifoit la populace, nous fortïmes pour favoir de quoi il s'agifToit; c'étoit Un alguazil qui, la maffe rompue en main , le nez plein de fang , le col arraché, fans perruque & fans manteau, couroit en demandant juüice au roi & aux ïribunaux, k la fuite d'un

Sluiten