Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

^ Voyage m erveiileux

pas comment il avoit eu Ia dureté de les livrer au défefpoir pendant des années entières, par Ia cruelle perfuafion oü il les avoit mis lun & Paufre, qu'ils fe trahiffoient mutuellement ; fans vouloir leur accorder un éclairciiTement d'un moment. II eut beau alléguer pour fa défenfe qu'il avoit eu befoin de eet expédient pour prolonger fon voyage,

auqueldesvuesdeprofitl'engageoientadonner plus detendue. II ne fut point écouté ; & le confeil, oui le rapport, & toutes les défenfes de part & d'autre, condamna leditD. P-. .(i) a un banniffement perpétuel de toutes les terres de la Romancie , avec défenfe d'y rentrêr jamais. L'arrêt fut exécuté fur Ie champ ; & on dit que le pauvre exilé veut fe réfu'gier dans le pays d'Hiftorie , oü il a quelques connoiffances, & oü il efpère faire plus de fortune.

A peine cette affaire étoit finie , qu'on annonca dans 1'affemblée , 1'arrivée desprinceffes Malabares. Cenom excita la cUriofité. On s'empreffa de leur faire place ; mais dés qu'elles eurent commencé k vouloir s'expliquer , tout le monde fe regarda avec étonnement, pour demander ce qu'elles vouloient dire. C'étoit un iangage allégorique, métaphorique, énigmatiqueoü perfonne ne comprenoit rien. Elles (t) D. Prévoft. L'abbé Prévoft avoit été bénédiffin.

Sluiten