is toegevoegd aan uw favorieten.

Voyages imaginaires, songes, visions, et romans cabalistiques. [...] Tome vingt-septième. III{e} division de la première classe, contenant les voyages imaginaires allégoriques.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

4JO VöYAGE

pour y réparer leurs pertes. C'eft afiez ïeuf ulage, au point que le moment de leur retour eft ordinairement celui oii ils n'ont plus d'argent.

Les libraires qu'il voulut connoitre étoient éclairés , & avoient des magaüns confidérables.

Dans les grandes villes , il y a des liféufs de toute efpèce ; mais la, comme ailieurs> lè frivole Femporte fur le folide. II fe fit lire quelques morceaux de la nouvelle Hiftoire de la Guienne , par dom de Vienne , de la Con'grégation de Saint Maur, &c il lui en témoigna fa fatisfaftion.

II préfuma qu'il n'étoit pas fiatteur pour les femmes qui tiennent un rang diftingué, de fe voir au fpeöacle en queique forte effacées par des filles entretenues qui affichent la magnificence, & qu'on montre au doigt» Les gens rai* fonnables en murmuroient, les petits maitres en rioient, mais 1'ufage avoit prévalu. La coutume eft un terrible tyran.

II partit pour Agen ; il y trouva un génie propre au commerce & a la fociété. II paffa par Villeneuve, oü il ne vit que des échantillons de favoir & d'efprit; par Cahors , pays oü 1'on n'eft riche qu'en propos. II s'arrêta k Condom, qu'il lïomma 1'aréopage de la Gal-