Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

i ]

i

ii

512 Paix avec l'Anglf.terre,

d'avoir des efpions dans des armées compofées de nations difFérentes, ilréfolut de les prévenir. Monté fur une éminence, les ayant découvertsqui trayerfaiem Ie défilé de Senef, entreManmont & Binch, il laisfa pasfer IV vant garde & le corps de bataille (Sc fit attaquer I'arriere-garde comoofée d Efpagnols: 1'attaque 'fut fi vive'& fi meurtnere, que les Efiwgnols furent enfoncés avec un horribie carnage, jettés dans la deraiere conru(ion,&tout leur bagage enlavé. Le Prince d'Orange ne perdit pas la tête dans ce délordre; U fit dire aux impériaux qui compotsient 1'avant-garde de rebrousfer pour voler au fecours des Efpagnols : mais comme leur général ne savancait qu'ayec une extréme lenteur dans le desfein, fans donre, d'épargner fes troupes; le prince d'Orange detacha trois bataïllonsdes Etats* mais ils furent, ou tués, ou fairs prilonniers ou disp-rfés. Condé enorÏUEiIh de cet avantage & meprifimt es troupss des Etars, cnu qu'il en auau bon marché. Certe première at:aque ne lui avait pas couté plus' de :ent horemes. L'arriere garde en dé•oute lui perfuada que le Corps de ataille étonné & déja fort affaibli 'ar un gros détachcment plierait fous w premiers eibrts. La terreur r«-

Sluiten