Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

pécr 'Guilkume Vt.

"tiéccffité dun Réglement fixe & per;manent, il dispofa les esprits-a recevoir -le joug qu'on allait impofer k la Prp'vince. II'était calque fur celui que le malheur des circonftances lui avait fait recevoir en 1674 & 1615. II y avait même ajouté des comiitions plus dures. Le Prince s'y refervait.le droit de nommer a'bfolument 'les Membres de la-Commune • jurée , fans aucune' 'recommandation 'préaiable. Ilhommaic •également toutes les places de Magiftrature. II faifait entrer dans Je Corps Equeftre qui bon lui fembla'c. 'Enfin, pour comble de 'pouvoir , il ftipulait a la fin du Réglement; qu'il ! aurait la faculté & le plein - pöuvoif d'interprêcer, d'augmehter Ou de cham gcr ce' Reglement ou les articles d*Ö ■celui-, fuivant'qu'il jugerait a propos pour le bien & lefervicedupays. C'eft 'ainfi que le Stadhouder fe conftitue "Légiflateür '& Despote füprêfhe eh Gueldre, ce qui eft asfurément le plus haut dégré de pöuvoir 'que Pon puisfe -accorder k un Souverain; pouvoir qüi 'conféré k un feul homme détruit esfentieilement tóute iöi fondamehtalei Ainfi les Gueldrois , bien loin d'être mieux traités que les autres Confédérés 'pour leur complaifance prématurée, furent foumis k un joug plus aggravam ¥ s

HÉL

Sluiten