Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

BE M. WlNCKELMANN. xxüj npus a données des Pierres gravées, aient facilité aux Savans & aux Amateurs les moyens de mieux eonnoïtre & de mieux étudier la Beauté des antiques qu'ils n'avoient pu le faire jufqu'ici par de (imples gravures. Ces empreintes ont fervi auffi k étendre Sc a aggrandir confidérablement les idees de 1'Art 8c du Beau, & même 1'étude entiere de 1'Antiquité a recu par-Ia un nouveau jour. C'eft par les Pierres gravées qu'on peut parvenir a apprendre la Fable des anciens Artiftes, & combien ces Artiftes étoient féconds en idéés, Le défaut de la connoiflTance contemplative du Beau que doivent fe donner ceux qui ne peuvent aller vifiter Rome & Florence, fe trouve en quelque forte r.éparé par les colledions d'empreintes femblables a. celle de Lippert. Le Comte de Caylus a connu aufli le prix de cette efpece d'art : outre les pierres qu'il avoit dans fon propre Cabinet, il deffina & grava a 1'eau-forte celles du Cabinet du Roi de France.

C'eft fur-tout par fes Monumenti inediti que M. Winckelmann paroit avoir cherché a. méritec l'eftime des Antiquaires. On remarque facilement dans eet ouvrage qu'il s'eft donné beaucoup ds peine a inontrer une grande érudition, & a donner 1'explication d'anciens monumens & particuliérementde bas-reliefs, dont on avoit regardé jufqu'alors Téclairciflement comme impoffiblè. II femble qu'ilaitvoulu s'y conformeraugoüt desltaliens, en faifant une plus grande parade de favoir qu'il nétoif

Sluiten