is toegevoegd aan uw favorieten.

Lettres familieres.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de M. Winckelmann. ioy

De quelle maniere les Cavaliers des Anciens montoient-ils a cheval ? Comme nous, répondrat-on fans doute; & pour cela il y avoit des pierres placées fur les grands chemins. Ces pierres n'étoient cependant pas aflez hautes pour cet effetj comme on peut le voir entr'autres par celles qui font fur la route de Terracine a Capouë. Et comment s'y feroient-ils pris d'ailleurs en plein champ & pendant une bataille ? A leur javelot il y avoit un crampon, qui leur fervoit a monter a cheval; & cela ne fe faifoit pas comme chez nous par le cöté gauche du cheval, mais par le cöté droit. C'eft ce que nous voyons par deux différentes pierres de ce cabinet. Ne favons-nous pas beaucoup en étant inftruits de ces chofes-la?

II refte encore une autre obfervation a faire , favoir, de quelle maniere étoit faite la partie des chars des Anciens fur laquelle pendoient leurs rênes? Cependant on ne peut pas comprendre fans cela quelques paffages d'Homere, tel que celui-ci, par exemple :

que Samuel Clafke a traduit fuivant le fens de Tanden gloffateur :

■ duoque femicircuü , undt habenct fufpenduhtur, erant.

Ces piéces n'étoient pas circulaires; mais avoient la ferme d'un relfort d'acier pareil a celui qu'on

Nij