is toegevoegd aan uw favorieten.

Voyages imaginaires, songes, visions, et romans cabalistiques. [...] Tome trente-quatrième. Troisième classe, contenant les romans cabalistiques.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

432,' L' A M A N T

avec une diligence incroyarde , & ce ne fut qu'a deux lieues du chateau , que mon raviffeur , fe démafquant , rompit le filence qu'il 'avoit gardé jufqu'alors. Jugez"; .ma chère coufine , de mon étonnement a la vue du marquis ; la réflexion me fervit bien dans cette occafion; je pris le parti de diffimuler , au lieu de m'étendre en reproches qui devenoient inutiles en pareilles circonftances. II fe plaignoit beaucoup de ma rigueur a Ion égard, & me faifoit des excufes mal arrangees du parti qu'il avoit pris de m'enlever , pour me déterminer a répondre a fes feux. II en accufoit 1'amour violent dont il étoit épris, & 1'excès d'une tendreffe qui ne devoit finir qu'avec fa vie ; pour moi , j'étois fi accablée de me voir fous la puiffance d'un homme pour lequel je n'avois jamais fenti que de 1'indifférence, dans le tems même oii il s'efforgoit de me donner les témoignages de la plus vive tendreffe , que j'étois immobile &c comme pétrifiée. Les différens mouvemens qui m'agitoient , & que mille raifons m'empêchoient de faire éclater , me mettoient dans une fituation qu'il n'eft pas aifé de dépeindre ; au refte , il s'en tenoit au difcours , & ne s'écartoit point du refpecf qui m'étoit du ; mais mon indifférence fe changea bien-töt en haioe , elle fut

jufqu'au