is toegevoegd aan uw favorieten.

Lettres Grecques.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ï|* Les Parasites,

partenir. Les Corinthiens , ainfi que la plupart des autres Grecs, difoientque les dieux s'étoient difputé 1'empire de leur pays, tant ils le trouvoient beau. Le Soleil & Neptune ayant une pareille difpute au fujet du territoire de Corinthe , prirent pour juge Briarée, 1'un des cyclopes, qui adjugea rifthme & le port a Neptune, & le promontoire qui domine fur la ville , au Soleil. Celui-ci le céda enfuite a Vénus, dont on voyoit le temple en entrant dans la citadelle de Corinthe, avec fa ftatue armee, celle du Soleil, & une autre de 1'Amour, tenant un are. Paufanias, liv, z , ch. a & 4. J'ai déja parlé ( Difcours fur les Courtifannes, d la tête de ces Lettres ) de la confidération dont jouilfoient les courtifannes a Corinthe. Une des loix du pays étoit que dans les événemens les plus intérelfans pour la patrie, ces femmes publiques offrilfent a Vénus des facrifices , précédés de proceffions folemnelles oü elles tenoient le premier rang. C'étoit encore 1'ufage des Corinthiens ,. de préfenter a. la déeffe une courtifanne nouvelle, en reconnoiiTance des fuccès qu'ils avoient eus dans quelqu'entreprife d'éclat. Ceft fans doute i ces coutumes