is toegevoegd aan uw favorieten.

Lettres Grecques.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Lettre XV. 109 » naros dans les paffages au milieu des ro» chers & des ifles que le thon fréquente 33 davantage. On a foin d et? fermer pref» qu'enriérement l'entrée avec des filets : on » n'y laiffe qu'une petite ouverture qui eft 33 appellée la porte extérieure du tonnaro. 33 Elle conduit dans la première chambre, 33 ou comme ils la nomment, dans la falie. 33 Dès que le poiffon y eft entré, les pê33 cheurs qui font en fentinelle dans leur 33 bateau , ferment cette porte extérieure 33 en laiffant tomber un petit filet, ce qui 33 empêche le thon de pouvoir fortir. Ils ou33 vrent alors la porte intérieure de la falie, os qui donne dans une autre enceinte qu'ils 33 appellent 1'anti-chambre. La porte inté33 rieure de la falie fe referme, & on rouvre 331'extérieure pour y admettre une plus 33 grande quantité de poiflbns. Quelques 33 tonnaros ont beaucoup de chambres dif33 férentes qui ont divers tioms, le fallon, 33 la falie a manger, &c. mais la derniere 33 eft toujours appellée la chambre de la os mort; elle eft compofée de filets plus 33 forts, & dancres plus pefantes que les 33 autres... Dès qu'on a raffemblé une quan33 tité fuffifante de thons, on les chafie de