Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

H' Partie. M O R A L E. 349 inquiet; dans une infïnité d'occafions l'on découvre des défauts, & eet objet qui devoit faire notre bonheur, nous contrarie, nous rend malheureux.

Le nom feul d'amour refte aujourd'hui; autrefois il étoit révéré, même facré ; préfentement on le prodigue aux paffions , a la débauche ; l'on croit que ce déréglement eft en effet un fentiment. Le véritable amour eft un penchant de la nature, réglé par la raifon, jiiftifie par la vertu ; c'eft le feul qui puiffe convenablement remplir les voeux de l'homme qui veut être heureux. Ceux qui ne connoiffent pas 1'amitié , ne peuvent connoïtre l'amour, puifque ce n'eft qu'un defir de plus.

Un homme vertueux, une femme eftimable, font plus heureux par le bonheur dont ils jouiffent, que par leurs fermens; ils fe féparent volontiers du tourbillon de la fociété, pour être entiérement a eux ; cependant ils ne font point perdus pour elle , puifqu'ils fervent d'exemple. Heureux quand la raifon vient nous donner la main pour nous conduire a 1'autel, au fentiment & au bonheur véritable.

Sluiten