is toegevoegd aan uw favorieten.

Tijdschrift van het Aardrijkskundig Genootschap, 1938, 01-01-1938

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

(69)

menacées par les puissants fleuves qui les traversaient. On construisit donc aussi des digues le long des grandes rivières et des estuaires et le long de leurs af fluents, tels que le Zaan, le Spaarne, 1'Amstel, la Rotte etc. Ce ne fut que dans la deuxième partie du 13e siècle que 1'on construisit des barrages ( = dam) a 1'embouchure de ces rivières, les transformant ainsi en eaux stagnantes: ce fut 1'origine des villes de Zaandam, Spaarndam, Amsterdam (Amstelredam), Rotterdam, etc. Ensuite il fallait créer pour tout ce pays a 1'intérieur des digues, sans écoulement normal, un drainage artificiel pour empêcher que pendant la saison des pluies tout le pays ne fut noyé!

Dans les digues et les barrages on construisit donc des écluses de déversement et des vannes pour faire écouler 1'eau dans les grands fleuves aux moments des marées basses.

Mais peu a peu le pays s'affaissa, prenant de la consistance; le niveau moyen de la mer et des grands fleuves s'éleva encore et la Hollande au sud de 1'IJ n'était plus qu'un grand marais se transformant en lac pendant tout 1'hiver.

Quand on compare la belle carte de M. Beekman représentant la topographie de la Hollande au nord de 1'IJ en 1'an 1300 x) a une carte actuelle, on voit que, dans ces temps-la, les terres d'argile marine de Westfriesland étaient déja tout a fait entourées d'une digue; on retrouve par ex. la digue du nord sous le nom de „Oude Westfriesche Zeedijk", actuellement au milieu du pays. Elle est donc devenue une digue „dormante" (slaperdijk). En 1300, il n'y avait encore au nord de cette digue que le cordon des dunes ébréché.

L'IJ était alors un estuaire du Zuiderzee et les trois grands lacs, le Purmer, le Beemster et le Schermer se trouvaient en communication ouverte avec le Zuiderzee. II arriva donc parfois que 1'eau monta trés fort dans les dits lacs et il fallut protéger les terrains adjacents par des digues. Mais lorsque Floris V, Comte de Hollande, eut conquis en 1288 Westfriesland, les conditions hydrologiques furent beaucoup améliorées; entre autres travaux, on ferma les communications des trois lacs avec la mer, la dernière en 1401.

C'est probablement au 14e siècle que 1'on commenga en Hollande d'entourer de petits terrains par des quais et de couper ces terrains par des fossés et des rigoles. Voila donc la naissance des premiers polders! Quoique ces fossés pussent contenir une quantité d'eau plus grande, il fallait tout de même évacuer le surplus. On le fit d'abord au moyen de petits moulins, mis en mouvement par la main ou par des chevaux, tandis qu'au commencement du 15e siècle, les moulins a vent, — oh, bien petits encore! — furent introduits et mis en action.

A mesure que les moulins furent améliorés, on put combiner plusieurs petits polders et agrandir les nouveaux. Déja en 1514, on épuisa la plupart des terrains situés au sud du Vieux Rhin (Oude Rijn).

1) M. Beekman a établi cette carte pour 1'an 1300, paree que les données plus anciennes dont nous disposons sont trop incertaines.