is toegevoegd aan uw favorieten.

Tijdschrift van het Aardrijkskundig Genootschap, 1938, 01-01-1938

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

(in)

4- Les pays-bordure entre les parties pléistocènes et les parties holocenes des Pays-Bas.

Les pays-bordure entre les paysages pléistocènes et les anciennes argiles présentent un type d'habitat trés différent. Ce sont les villagesrues ou suivant la terminologie de A. Demangeon les villages-achamps-contigus qui dominent ici. Les recherches de Postma ont démontré que les régions septentrionales des Pays-Bas ont fait arriver a cette explication. La partie orientale de Friesland et le Westerkwartier de Groningen se composent de collines disposées parallèlement et séparées par de larges vallées marécageuses. Les territoires villageois ont par conséquent une pente unilatérale (ou bilatérale) et les trois bases agraires se groupent selon leurs exigences 1'une derrière I'autre: les terres arables occupent la crête des collines, les prairies a foin se trouvent dans les parties inférieures du terrain, c.-a-d. au fond des vallées marécageuses. L'organisation des marken, 1'usage commun du territoire a existé également, mais lorsqu'on s'est mis a diviser pour allouer a chacun sa part de terres hautes et de terres basses, on n'eut qu'a diviser le terrain en bandes perpendiculaires a 1'axe de la colline; chaque bande comprenait alors les trois bases agraires. Les parties les plus basses, les champs de foin, restèrent longtemps intactes: ces parties étaient utilisées en commun. Les paturages communs (meenscharren) ont longtemps subsisté dans les parties basses et écartées, qui formaient le „veld" (par ex. a Midwolde, Slochteren, Oenkerk). II est évident que 1'habitat type fut celui de village-rue. Les fermes étaient construites le long de la route qui traversait la colline dans sa longueur; les champs s'étendaient en une bande étroite derrière la ferme. L'accroissement de la population fit naïtre des fermes isolées avancées dans le veld, des hameaux secondaires dans les parties incultes les plus éloignées du territoire. Ces hameaux qui portent souvent des noms récents (Suameerdertieke prés de Suameer, Ophuis prés de Surhuizum) s'alignaient parallèlement aux anciens centres; ces anciens villages-a-champs-contigus ne sont pas seulement caractéristiques de la plaine fluvio-glaciaire ravinée de 1'est de Friesland ou des iles de sable dans 1'argile de Groningen, mais ils le sont en général de tout pays ayant un relief unilatéral. Les villages-rues du Langstraat (Raamsdonk, Waspik, Dongen, Drunen) avec beaucoup de hameaux secondaires en sont autant d'exemples. On peut expliquer ainsi les villages-rues de Zeeuwsch Vlaanderen (Clinge) qui forment un contre-fort a ceux de Pays-de Waes. La même formation se retrouve dans les régions argileuses oü le territoire descend unilatéralement aux tourbières basses comme a Innersdijk (Groningen), dans les villages de Tezinge, St. Annen, et surtout dans les villages qui ont été établis sur les cordons littoraux parallèles (schoorwallen). Le nord de Friesland offre beaucoup d'exemples de ce type d'habitat oü les centres- sont en outre souvent batis sur des buttes groupées en