is toegevoegd aan uw favorieten.

Tijdschrift van het Aardrijkskundig Genootschap, 1938, 01-01-1938

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

(n6)

paturages. Ils ont un allotissement régulier en longues parcelles et le type d'habitat est celui des villages a champs contigus (Scherpenzeel, St. Johannisga, Olde-en Nijelamer).

8. Les régions des tourbières hautes

Les hautes tourbières ont des habitations pareilles a celles des pays des tourbières basses. Cependant on constate de grandes différences entre les deux pays. Les tourbières hautes reposaient sur un sous-sol de sable se superposant a son tour a la surface piézométrique; après le détourbement elles ne laissaient pas des flaques d'eau, mais des terrains qui pouvaient tout de suite être mis en culture, sans qu'on eüt a les réendiguer. Quant aux centres d'habitation, il faut encore faire une distinction entre les pays bordure et le centre des tourbières hautes. Ces pays-bordure appartenaient généralement aux territoires des villages d'esch. L'excédent de la population de ces villages s'y établit et réussit a y fonder de petites exploitations agricoles, la couche de tourbe étant peu épaisse. Les méthodes de détourbement qu'on pratiquait étaient trés primitives: après avoir mis le feu aux sols tourbeux, on obtenait des terres arables permanentes grace aussi aux engrais qu'on ajoutait. D'autres parties furent changées en paturages en mélangeant la couche supérieure de la tourbe avec le fond sableux de la tourbière vidée. Comme le nombre des exploitations individuelles croissait toujours, elles furent reliées par des routes 1'une a 1'autre et formèrent ainsi des villages a champs contigus sinueux. On en. rencontre partout autour des tourbières hautes. Ils étaient tou jours étroitement reliés aux vieux villages d'esch, auxquels ils empruntaient souvent leur nom (Eeksterveen, Gieterveen, etc. en Drente; Manderveen, en Overijsel) ; quelquefois ils en adoptaient même le système agraire. Roswinkel, village affilié de Weerdinge et village a champs contigus, possède un esch divisé en bandes étroites. Les villages de Staphorst—Rouveen sont trés curieux a ce point de vue: primitivement c'étaient des colonies de tourbières (veenkoloniën) ; leur origine fut, selon Blink, les anciens noyaux, le long du Zwarte Water; 1'occupation s'est toujours orientée vers 1'est, transformant les terres détourbées en paturages, et elle s'est finalement arrêtée aux terres sablonneuses oü 1'on a emménagé un esch; 1'esch et les paturages ont été divisés en bandes étroites touchant aux fermes du village-rue, tandis que les propriétés agraires étaient trés dispersées.

Les parties centrales des hautes tourbières ne furent pas détourbées par des colons individuellement, mais par des sociétés, selon des plans faits a 1'avance. Plusieurs canaux principaux furent creusés, dont les innombrables canaux latéraux parallèles (wijken) pénétraient jusqu'aux recoins des tourbières. Quand la tourbe eut été extraite et expédiée par les canaux, on mélangea le sol sableux (dalgrond) avec la couche supérieure de la tourbiere videe qu on avait conservée, et grace aux engrais naturels, les exploitations ont été transformées en terres arables; on ajoute aujourd'hui les engrais chimiques.