is toegevoegd aan uw favorieten.

Tijdschrift van het Aardrijkskundig Genootschap, 1938, 01-01-1938

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

(144)

les parties les plus molles est trés importante; pendant la guerre elle servait de fibrine et maintenant on 1'emploie pour les écuries et pour couvrir. La production annuelle est de 200 000 tonnes dont go% partent pour 1'étranger. Autrefois on utilisait beaucoup, a 1'est du pays, la basse tourbière comme excellent combustible. Plusieurs marais en Holland et en Utrecht en sont les restes. Cette forme d'exploitation extractive a également fait son temps. La dernière forme de construction minière se voit dans la saline au S. E. de la province d'Overijsel. Le service d'enquête du Gouvernement sur les minerais avait démontré que des couches de sel trés importantes se trouvaient dans les environs de Winterswijk (Gelderland) et dans la région de Hengeloo. L'industrie salière Royale, S. A., industrie mixte de 1'État et de particuliers, exploite cette région pour l'industrie saline. En 1937 on y occupait 351 ouvriers. Cette société exploite le premier bain salin de plein air a Boekeloo, tandis que des projets d'extension sont a 1'étude.

IV. INDUSTRIE

En général on ne compte pas les Pays-Bas parmi les pays industriels, quoique 39 % de la population active y trouve son principal moyen d'existence. D'ailleurs, la poussée naturelle intense de la population exige 1'extension des industries existantes et 1'établissement de nouvelles branches, de sorte que les statistiques de 194° démontreront sans doute que l'industrie forme une partie encore plus intégrante de la vie économique qu'en 1930. Pour le développement de l'industrie, on pourra encore une fois constater une différence entre la Néerlande Basse et la Néerlande d'un niveau plus élevé. Aprés le moyen-age, la première, la partie maritime de la Néerlande, avait atteint une haute prospérité; son industrie était importante, en rapport avec les matières premières de sa région, la situation favorable pour la pêche et la navigation, les capitaux gagnés au commerce avec 1'étranger et les établissements nouvellement fondés en Asie, en Afrique et en Amérique, enfin avec la puissance d'achat croissante de plusieurs classes de la population. L'industrie se développait ici d'une fagon tout organique en même temps que les autres moyens d'existence; mais dans cette partie alluviale prospère de notre pays, il ne s'est pas formé le genre de région industrielle que nous qualifierions aujourd'hui de plutót défavorable, comme c'était bien le cas ailleurs.

Cela se comprend facilement, car les nombreuses villes des régions basses savaient empêcher 1'essor du commerce et de l'industrie a la campagne; l'industrie avait donc un caractère purement urbain. Au 14e siècle, quelques industries citadines prirent un peu le caractère de la grande industrie; la brasserie, la construction navale avec ses dérivés, et surtout le commerce des draps. A Leiden, Dordrecht, Haarlem et Rotterdam, il y avait déja de nombreux drapiers, avec de petits faQonniers qui exécutaient leurs ordres en travail salarié, selon