is toegevoegd aan uw favorieten.

Tijdschrift van het Aardrijkskundig Genootschap, 1938, 01-01-1938

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

(i49)

Du temps des Romains une grande partie de notre pays était couverte de forêts. La population croissante avait toujours un plus grand besoin de terre de culture, raison pour laquelle on dut abattre beaucoup de bois, ce dont les noms de lieux en rode, rooi, raai, loo, horst, sont des souvenirs. Déja de bonne heure il fallut donc importer le bois, livré par l'Allemagne de 1'ouest, les régions du Rhin, et par les pays scandinaves. Dordrecht était le magasin du bois allemand, Amsterdam et Zaandam du bois norvégien. La construction navale exigeait toujours du bois; il est vrai qu'au 19e siècle on construisait des navires en fer, mais il fallait toujours plus de bois pour la construction des nombreuses maisons nécessitées par 1'augmentation de la population, par la plus grande prospérité. Les scieries en profitaient moins, paree que la plus grande quantité de bois entrait scié en planches.

Outre le bois, il y a encore une grande importation de cellulose pour la fabrication de papier, de soie artificielle et de celluloid, non seulement pour notre pays, mais aussi pour le transit en Allemagne. Les plus grands ports pour 1'importation de bois sont maintenant Amsterdam, Zaandam et Rotterdam. Le bois provient maintenant de toute 1'Europe orientale, de 1'Amérique du Nord, de 1'Asie et des pays tropicaux.

Dès le moyen-age on importait de Suède le célèbre minerai de fer, qu'on fondait dans nos propres fonderies. Autrefois Amsterdam en était le port le plus important; maintenant Rotterdam est le premier port de minerai de 1'Europe. Le minerai ne provient plus seulement de Suède, mais aussi d'Espagne et de 1'Afrique du Nord. Depuis la fondation des hauts fourneaux a Velzen, les Pays-Bas ont aussi une grande importation de minerai pour leur propre industrie. L'importation de fruits des pays méditerranéens est aussi fort ancienne a Amsterdam.

Maintenant que d'autres contrées livrent aussi des fruits, Rotterdam est de plus en plus un port d'importation; il est devenu le premier port du continent pour 1'importation des bananes provenant des Indes-Occidentales et de 1'Amérique centrale.

Amsterdam, siège de 1'Oost-Indische Compagnie jusque vers 1800, fait encore le commerce de la plupart des produits coloniaux, non plus •comme autrefois principal ement les épices, mais également les produits que les contrées trés peuplées des régions tempérées empruntent de plus en plus aux tropiques: d'importantes denrées alimentaires ■comme le coprah et 1'arachide, la cassave; des stimulants comme le tabac, le thé, le café, et d'autres articles trés variés que les Indesnéerlandaises produisent en grande quantité: 1'étain, le caoutchouc, le quinquina, les peaux, le rotin, le djati (teek). II faut remarquer ici que Rotterdam est aussi un centre d'importation et de commerce pour quelques-uns de ces articles, comme le café brésilien et le tabac américain; le minerai d'étain et le coprah sont importés mais non vendus a Rotterdam. Enfin, les Pays-Bas, dont la plus importance